voter

Ce sont mes parents, honnêtes jusqu'à l'oubli de soi, volés tous les jours par des plus riches et plus puissants qu'eux, qui ont pourtant relayé auprès de moi le mot d'ordre de leurs détrousseurs : voler est indigne.

Ce sont mes parents, revenant chaque jour assommés d'un travail déformant et humiliant, qui ont relayé auprès de moi le mantra de leurs patrons : le travail est une source de fierté.

Ce sont eux également, qui faisaient briller à mes yeux l'éclat du suffrage universel, au nom de leur participation à une victoire historique pour laquelle tant de luttes violentes s'étaient déroulées. Ils ont voté à chaque fois, opiniâtrement, pour être tenus à l'écart de l'organisation de leur vie. J'ai longtemps moi-même cédé à ce chantage et voté, revoté, jusqu'à devenir fou des contradictions où ça m'entrainait.

Je n'ai jamais travaillé. Je n'ai jamais eu la moindre considération pour l'ordre, le travail, la loi, la police, l'argent, le pouvoir même et surtout le pouvoir que je pourrais exercer sur quiconque. Je n'y ai vu que différentes formes de brutalité dans l'exercice continu de la machine de mort qui empoisonnait mes parents et qui oeuvrait déjà à empoisonner la mienne. J'ai vu avec clarté, autour de l'âge de 12 ou 13 ans, la mort qui m'attendait. Ce fut bien plus saisissant, terrible et beau qu'une révélation mystique. Il n'y a aucune forme de vérité plus puissante que celle-là et plus susceptible de donner un sens à toutes vos actions : ne jamais laisser rien ni personne accélérer votre pas vers la mort. Il n'y a pas une heure de sa vie qui mérite d'être sacrifiée pour quelque chose d'aussi futile qu'une nation. Il est futile de se demander si Lepen ou Hollande sont plus dignes de diriger nos vies et de prétendre à nous représenter: ils sont tous les deux les codirecteurs d'une entreprise de démolition de notre quotidien. Faisons la grève. Nous n'avons aucune raison de nous associer au plan de carrière d'une poignée de voleurs qui défendent leur butin et leurs règles de voyous en armant une police d'assassins. Nous avons mieux à faire, chaque jour, en creusant l'écart qui nous éloignera d'eux. Cet écart, nous pouvons l'appeler la vie.

Commentaires

1. Le dimanche 11 décembre 2016, 18:18 par Jean-François Magre

S'infliger chaque jour de savoir si on est vivant au risque de se décevoir, d'éprouver ce qu'on n'ose à peine appeler liberté tant il semble en coûter de s'en approcher et, malgré tout, s'étonner de pouvoir mesurer l'écart qui s'est creusé malgré les doutes et les peurs entre eux et nous.

Ajouter un commentaire

Comments can be formatted using the Markdown Extra syntax.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://joueb.micr0lab.org/?trackback/386

Fil des commentaires de ce billet