mercredi 2 décembre 2020

Le sens du progrès

À ce moment-là, il y a deux choix stratégiques qui s’opposent. Les deux sont des solutions au problème

 

Comment entretenir le succès de The Very Large Orkhestar -- Concept d’Album (Remxise)?

Solution 1
On continue. Il y a bien des cross-over qui ont été laissés de coté, allons creuser.
Solution 2
On recule. On reprend cet album en old timey songs, en faisant croire qu’elles pré-existaient à la version originellement reprise.

Je penche vers la solution 2.

Un extrait suit.

C’est donc la folk song classique qui a inspiré cette armée de moi.

mercredi 18 novembre 2020

Une armée de moi

Une piste en plus à The Very Large Orkhestar -- Concept d’Album (Remxise)

jeudi 5 novembre 2020

L'exact opposé, 2ème partie

(Les molosses, pourtant célèbres par la pureté de leur race et par leur courage, geignaient en groupe au bord d’une profonde déclivité de terrain, d’un goyal comme nous disons ; quelques-uns s’en écartaient furtivement ; d’autres, le poil hérissé et l’œil fixe, regardaient vers le bas de la vallée étroite qui s’ouvrait devant eux." (Le chien des Baskerville)

Goyal est un mot inventé par Arthur Conan Doyle pour désigner une vallée sombre et profonde, sans doute pour appuyer ces caractères effrayants et presque fantastiques.


Une définition est disponible ici : https://www.merriam-webster.com/words-at-play/10-sherlock-holmes-words

Alors pourquoi s'intéresser à ce mot bien lugubre alors que nous venons à peine de céder une heure de soleil à l'hiver. Et bien justement parce que la seule autre occurrence du mot GOYAL est le nom d'un prestigieux joailler parisien qui fabrique donc des choses petites, brillantes et en relief.


L'un est aussi sauvage et naturel que l'autre est artificiel et raffiné, soit l'exact opposé quand on considère de surcroît que, suivant les profils psychologiques et les tendances à l'extraversion ou à l'introversion, l'un est aussi repoussant que l'autre est attractif.

lundi 19 octobre 2020

dans la valise de Pégé

Un autre obscur passeur du grand homme, nègre ou membre de la commune d'écriture Pierre Guillaume selon la motion choisie, me signale et me rappelle l'un des nombreux projets qu'icelui nous avait naguère pneumatiquement adressé, projet qui, et n'est-ce pas là le propre de l'universel Génie, entre en écho avec la toujours navrante actualité.

une pièce-maîtresse des œuvres dramatiques/radiophoniques de Pierre Guillaume. Une opérette cauchemardesque, écrite pour la radio, sur les affres de la colonisation et de la décolonisation. Dialogue de quatre décapités. Les têtes du marabout et du cheik de la tribu d'El ouffia, et celles d'un randonneur champenois et de son guide, un écrivain-voyageur franco-algérien, lointain descendant du docteur Bonnafont. Elles évoquent leur absurde martyr, leurs rêves découpés dans l'outre-monde et ceux de leurs tortionnaires, essaient sans succès de débattre comme s'ils participaient à une Grande Table par-delà la mort et les siècles. Cruauté et bêtise font cailler les rêves de la civilisation. Le lait a tourné, il est grand temps que la page humaine le soit aussi. Une opérette sur la vanité et la souhaitable fin des affaires hômaines, sur l'absence de Grand Opérateur, sur la vanité et la grandeur de la radio comme meilleure manière de figurer l'outre-monde. Plus modestement, cette opérette pourrait figurer les débats, chez le duc de Rovigo, entre le dr Bonnafont et le sous-intendant de Fallois, puis l'expérience sur les têtes du marabout et du cheik, et c'est à partir de l'expérience que l'opérette basculerait dans le fantastique et le cauchemar, les têtes initiant avec la science bourgeoise et les colons un débat autrement féroce, depuis l'outre-monde auquel un instrument inconnu d'eux, la radio, donnerait seul l'accès après cessation complète des affaires hômaines. On aurait donc, au début, une opérette très XIXème, bourgeoise, en costumes d'époque, instruite sur le plan historique. Cette opérette basculerait ensuite vers une pièce radiophonique émise depuis la fin du monde, où les voix des décapités s’entremêlent dans une féroce confusion et se consument dans le silence et les larmes d'un dieu absent.

dimanche 4 octobre 2020

Ramassé dans les fonds de l’internet

Jacques Xiu nous joue Ne Vous Prenez Pas Dans Les Rêves De Laura Palmer's Theme.

samedi 26 septembre 2020

La petite haie

1995, après la débâcle électorale aux européennes de 1994, Benoît Frappé décide d'émigrer aux États-Unis. Fort de son slogan "seule une nouvelle graine peut donner une nouvelle récolte", il décide d'implanter le parti à l'arc-en-ciel dans le Nouveau Monde. Ses pérégrinations l'emmènent à Augusta Georgia, ville moyenne et industrielle mais néanmoins florissante. Là, Frappé frappé par la rudesse et l'abandon qu'il y rencontre, décide de rester. Il quitte la ville et le territoire américain au début des années 2000, après avoir finalement appris que, des graines, en fait il y en avait avant lui, et que la récolte n'avait finalement jamais eu lieu.

La ville conserve quelques marques de son passage, ainsi "la petite haie" que l'on trouve dans le quartier Laney Walker. C'est ici que Frappé et ses partisans s'entraînaient au vol yogique, les mercredis et vendredis de 17 à 18h. On est bien loin de la douceur des matelas que l'on retrouve dans les salles d'entraînement européennes. La rudesse de l'exil et de l'urbanité augustienne, dans ce quartier où se succèdent les maison shotguns abandonnées ou décrépies ont durablement affecté Benoît Frappé et teinté sa pratique du vol yogique. Ainsi, à Augusta Georgia, il se pratique sans élan, mais toujours avec allant. La réussite doit être immédiate au risque de tomber brutalement, les dents sur le béton. Elle est néanmoins sanctionnée par un coccyx douloureux. No pain no gain. Une fois le vol de haut en bas maîtrisé, les élèves passaient au vol de bas en haut, une épreuve bien plus technique que peu d'entre-eux maîtrisaient.

mardi 25 août 2020

Quelle presse pour mon adulte?

Après l’enquête détaillée « Quelle presse pour mon enfant ?», micr0lab se penche avec gourmandise et provocation sur la question « Quelle presse pour mon adulte ? »

Deux extraits pour tout de suite aider à mieux y voir clair:

Le monde, a un moment récent de sa vie:

Pandacraft, a un moment récent de sa vie:

Maintenant, question: qui, du guide accompagnant les « kits éducatifs et créatifs » ou de « celui qui prétend devenir la référence, alliage de compétence et d’indépendance éditoriale depuis plusieurs décennies », a-t-il le mieux compris le concept de « réfugié » ? Répondre à la question, c’est déjà un peu brûler un torchon.

jeudi 6 août 2020

À l'Ouest rien de nouveau?

On s'amuse souvent avec une légère condescendance du manque d'originalité dans la toponymie américaine. N'est-ce pas une preuve de paresse intellectuelle que d'appeler Paris un bled de 25000 habitants au Texas ? Est-ce une tentative balourde de bénéficier des lumières de la ville lumière? Condescendance ... méfiance ...

Et si on arrêtait là le mépris pour admirer l'esprit d'entreprendre américain?

Tout de même!

Une Tour Eiffel à taille humaine, réhaussée d'un chapeau de cow-boy rouge vermillon, dans un parc aussi vilain et plat que le Champ de Mars. Au final, le double texan illustre plutôt bien la vanité et l'absurdité de la Dame de Fer.

À 1440 km de cette tour à chapeau, se trouve l'une des 20 Augusta américaines. Augusta Georgia. On y trouve des rues chiffrées qui, sans surprise, se suivent: la troisième rue succède à la seconde, qui succède à la première. Quel ennui ... Il y a le quartier des fruits et des fleurs (apricot lane, azalea drive, magnolia drive), le quartier médical et, ce que nous nous plairons désormais à appeler le quartier champennois. Caché à l'abri des regards, les deux rues qui le composent n'apparaissent qu'après avoir zoomé plusieurs fois dans Google carte.

Sans que l'on ne sache trop pourquoi le quartier champennois d'Augusta n'a pas été filmé par la caméra Google. Il ne se dévoile qu'à ceux qui le cherchent ardemment.

Champagne Augusta est-elle aussi grise que Champagne Champagne? Y-trouve-t-on un ange au sourire club de golf-ailé- à la main? Stay tuned

Une apparition

lundi 27 juillet 2020

L'exact opposé

Pourquoi donc s'intéresser à cette chanson de l'ère hippie ?

Melanie : Lay Down

(Hippie étant un terme extérieur aux mouvements de jeunesse de la fin des années 60 que pourtant certains jeunes partie prenante de ces mouvements se sont appliqués à eux-mêmes)

Et pourquoi aujourd'hui ?
Regardons le premier couplet :
We were so close, there was no room
We bled inside each others wounds
We all had caught the same disease
And we all sang the songs of peace

Cet hymne/hommage composé par la chanteuse Melanie (qui se qualifiait de hippie) au public du festival de Woodstock se voulait le portrait d'une génération voire la vision idéale de l'humanité (un truc hippie, justement), à savoir une masse dépourvue des chambres tant arpentées lors des phases de confinement où tout le monde est si serré au mépris bien hippie des distances de sécurité que chacun saigne dans les plaies de l'autre au grand dam des autorités sanitaires pour chanter sans masque bien évidemment les chansons de la paix du plus bel hippie dans la joie d'avoir la même maladie en commun.
S'il y a bien une hypothèse d'humanité absolument impossible actuellement, c'est celle-ci.

Melanie la hippie nous offre le moyen de décrire notre époque présente d'une formule, c'est l'exact opposé de Woodstock.

- page 1 de 59