La petite haie

1995, après la débâcle électorale aux européennes de 1994, Benoît Frappé décide d'émigrer aux États-Unis. Fort de son slogan "seule une nouvelle graine peut donner une nouvelle récolte", il décide d'implanter le parti à l'arc-en-ciel dans le Nouveau Monde. Ses pérégrinations l'emmènent à Augusta Georgia, ville moyenne et industrielle mais néanmoins florissante. Là, Frappé frappé par la rudesse et l'abandon qu'il y rencontre, décide de rester. Il quitte la ville et le territoire américain au début des années 2000, après avoir finalement appris que, des graines, en fait il y en avait avant lui, et que la récolte n'avait finalement jamais eu lieu.

La ville conserve quelques marques de son passage, ainsi "la petite haie" que l'on trouve dans le quartier Laney Walker. C'est ici que Frappé et ses partisans s'entraînaient au vol yogique, les mercredis et vendredis de 17 à 18h. On est bien loin de la douceur des matelas que l'on retrouve dans les salles d'entraînement européennes. La rudesse de l'exil et de l'urbanité augustienne, dans ce quartier où se succèdent les maison shotguns abandonnées ou décrépies ont durablement affecté Benoît Frappé et teinté sa pratique du vol yogique. Ainsi, à Augusta Georgia, il se pratique sans élan, mais toujours avec allant. La réussite doit être immédiate au risque de tomber brutalement, les dents sur le béton. Elle est néanmoins sanctionnée par un coccyx douloureux. No pain no gain. Une fois le vol de haut en bas maîtrisé, les élèves passaient au vol de bas en haut, une épreuve bien plus technique que peu d'entre-eux maîtrisaient.

Commentaires

1. Le dimanche 27 septembre 2020, 08:37 par madame Lefèbvre

Merci Blanford pour ce petit bijou de chronicle. L'exil aura peut-être chargé Frappé d'un peu de plomb dans l'aile, mais comme on dit là-bas qu'on dit ici, "c'est la vie" !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://joueb.micr0lab.org/?trackback/603

Fil des commentaires de ce billet