À chaud. Trois petits sujets du volume.

D’Organismes Génétiquement Manipulés

Oui, manipulés, le passage à « Modifiés » ne semblant s’expliquer que par un soucis de « communication », sans doute pas très lointain de celui qui opéra la transformation de « vidéosurveillance » à « vidéoprotection ». Et puis si la plante était résistante aux herbicides, elle ne l’absorberais pas : elle n’est ici que tolérante.

Où la bio-diversité est un équilibre dynamique, où extinctions voisinent créations et maintiens : la congeler ne la conserve pas, elle la tue. De même standardiser, confier à un la production de semences.

Où il semble que le gain soit une réduction de temps de travail des agriculteurs et un enrichissement des producteurs de semences. Non pas que je sois d’habitude pour l’augmentation du temps de travail, mais pour son partage.

Qu’ils sont utilisés depuis les années 70 comme outil de recherche, leur emploi en agro-alimentaire, en plein champ, pose lui problème. Et puis que la banalisation ne signifie pas la diminution des risques.

Ah, et enfin, qu’on a déjà de quoi « nourrir la planète », il ne s’agit que de répartir.



Qoui ssui-je ?

quoi_suis_je.JPG

La réponse : « une personne qui fait passer sa montre au-dessus de sa manche de chemise » s’impose naturellement, elle est correcte. Sinon, pour trouver, imaginez qu’il porte une écharpe rouge (sic, en 2013 cela indiquait immédiatement au veilleur de média français qui est cette personne).

Pour lire plus confortablement, copiez et collez.



Deux informations publiques

Un individu reconnaît soustraire à la connaissance des organismes de taxation français certaines sommes. La démarche fait jaser, l’argent semble « propre », l’enrichissement, personnel. Le pépin c’est que sa position n’est pas compatible (« moralement ») avec ces pratiques.

*****

Cette fois-ci, des noms : Thierry Breton. Notez, pas le sous-ministre à machin, le ministre du Ministère de l'Économie et des Finances de la France. Stratège de l’année et les mains dans anciennement France Telecom (où il est dit que ses plans « Ambition FT 2005 » seraient liés à l’augmentation des « facteurs de risques », on se jette par la fenêtre, tout ça).

Et puis l’autre nom : Bernard Arnault, des milliards d’euros, LVMH mais aussi un gros bout de Carrefour (il y en a pour les pauvres et les riches !), tout ça.

Les deux ensemble ? Breton est l’un des trois responsables de Protectinvest. Protectinvest chapeaute Pilinvest, qui recueille la quasi totalité de la fortune de Arnault. Pour la transmettre, en cas de décès, à ses enfants, au doux tarif d’imposition belge, et non au tarif « confiscatoire » français.

<><><><><><><><>

L’un se paye un ministre dans l’indifférence. L’autre (Edwy, quel prénom !) se vante sans doute de s’être payé un sous-ministre.

Ajouter un commentaire

Comments can be formatted using the Markdown Extra syntax.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://joueb.micr0lab.org/?trackback/236

Fil des commentaires de ce billet