Chroniques de la vie en ville en voilà #10


nul...

vraiment null


trop nulllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

Commentaires

1. Le dimanche 15 avril 2018, 17:44 par tcrxt

`NULL` est partout, tellement qu’il en est nulle part.

Être omniscient et impotent, il dirige tous les flux, n’en créer aucun, et laisse à croire que les flux agissent de leur propre gré.

Grand Prêtre de la mise à jour éternelle de la Big Data, `NULL` règne, tapis dans l’ombre, sur les bits and bouts, et ne se laisse jamais voir.

C’est une grande chance que de le voir ainsi, nu, en plein jour. Révélant sa nature omnisciente, on le voit remplir tous les vides, être la pâte qui lie les interstices entre tous les êtres, et fais de la donnée le sel et le poivre de la vie.

2. Le dimanche 15 avril 2018, 18:42 par John Doe

Les photos ne témoignent que très partiellement de l'ensemble des invocations du NULL qui ont été nécessaires à son apparition même fugace et intersticielle. Cette liturgie de la léthargie propre à une certaine façon de passer l'hiver ne laisse pas indemne, il ne sera pas trop d'une saison sèche pour s'en remettre.

Ajouter un commentaire

Comments can be formatted using the Markdown Extra syntax.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://joueb.micr0lab.org/?trackback/482

Fil des commentaires de ce billet