Le nouveau roman

de michel houellebecq,
"anéantir michel houellebecq"
aux éditions Flammarion flammarion

Commentaires

1. Le vendredi 14 janvier 2022, 10:22 par Dessinateur de Projet au CMEP, à ses heures perdues nègre de la Commune d'Ecriture Michel Houellebecq

Ce matin au bureau, 5 coupures de courant en 15 min. Son collègue n'osait plus allumer son ordinateur, quitte à prendre encore du retard sur les tâches planifiées pour la semaine qui se finirait bientôt maintenant (on était vendredi). Pour patienter, il démarra Netflix sur son smartphone et se mit à tamponner machinalement sa feuille de brouillon avec son encreur artisanal qui disait, en lettres capitales : "FUSILLEZ MOI çA". On entendit des hurlements dans le couloir, accompagnés de l'habituel bruit de talonnettes qui claquent ; Nathan Royer s'emportait bruyamment, dans les couloirs du siège de NEOBAT, contre "ceux qui chauffent leurs bureaux à 30°", et qui font du tort à tous en faisant disjoncter le compteur électrique. Tout le monde savait ici que les extensions successives du siège avaient été menées, non seulement en dépit du bon sens et des règles de l'art, mais aussi dans un soucis permanent de radiner sur tout. Cela en disait plus long que toutes les campagnes de communication sur la manière dont l'entreprise avait bâti son leadership dans le domaine de la construction et des travaux publics. S'ajoutait à cela l'éloignement des centrales, la Bretagne était devenue alors une terre parfaitement écologique, qui de fait sous-traitait intégralement sa production éléctrique aux autres provinces françaises, qui sous-traitaient à leur tour cette industrie dans des pays de l'est de l'UE, ou les centrales à charbon s'étaient remises à tourner à plein ; ainsi sursollicitées, les lignes à Très Hautes Tensions en hiver, lors des pics de froid, laissaient apparaitre des surchauffes, des sautes, des lags : c'était l'effet Joule dont on avait parlé sur France Culture, ce qu'il en avait compris. Le courant sautait donc régulièrement. C'était un divertissement habituel des mois hivernaux. Si François Guillaume trouvait ça tout à fait regrettable que certains salariés ne "fassent pas d'effort et ne pensent qu'à leur gueule", Florent Müller gardait pour lui sa pensée intime, qui était de cet ordre : si tu savais, trou de balle, qu'hormis dans certains cercles périphériques, l'enfer de tes aïeux est autrement chauffé qu'à 30°, et que malheureusement pour toi, il n'y aura JAMAIS de coupures." Puis la lumière s'alluma et il repris son travail.

Ajouter un commentaire

Comments can be formatted using the Markdown Extra syntax.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://joueb.micr0lab.org/?trackback/651

Fil des commentaires de ce billet