Mot-clé - Affiche

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 16 avril 2017

Fin du RSA... suite

DSC00281.jpg

Salle d'attente d'une « société de conseil et formation spécialisée en ressources humaines ». Au mur, un poster de motivation. « Pas trop d'idées sur le métier qui vous conviendrait... » puis une longue liste d'activités possibles vers lesquelles l'organisme peut vous accompagner pour sortir de l'assistanat. Pourtant, il a été décidé de placer devant ces multiples perspectives d'avenir un distributeur de produits agro-alimentaires comme un rocher éboulé bloque la sortie d'un tunnel. Las, la liste n'était sûrement qu'ornementale ! Ce magnifique hiéroglyphe en 3D ne tient-il pas de l'acte manqué ? Si le bénéficiaire de minimum social ou le chômeur de longue durée, gagne-pain de ladite société par le biais du PDI, n'a "pas trop d'idées", l'organisme où il est obligé de se rendre pour justifier d'une recherche active n'en a pas plus ! Mais au moins il propose de patienter en mastiquant des produits à forte teneur en gras et sucre...

dimanche 13 mars 2016

Les changements de vent

IMG_5220.jpg

mercredi 31 décembre 2014

Une relique à protéger, ou bien une vilainie à confier aux poubelles de la destinée ?

Chers confrères,
Chers collègues,
Chers voisins,
Mes amis,

comme vous le savez tous, juste là, sous nos yeux, au croisement de la rue Paul-François Avet et de l’Avenue de Verdun, se trouve la dernière relique du « Mouvement national républicain » (voir image d’illustration ci-dessous).

version_export_MNR.jpg

Pour les plus chanceux d’entre vous qui ne l’aurait pas connu, le « M.N.R. » est de la bêtise de la droite comme on n’en fait plus, du temps où faire des ponts entre immigration et « sécurité » était encore sujet à discussion, débat, voire enguelade. Si ces idées se sont hélas répandues, ce bidule est lui bien mort : tout au plus en entendrez-vous parler au bétisier des clips de campagne présidentielle les plus débiles.

Mais alors que certains d’entre vous militent, usent de toutes les stratégies, de tous les stratagèmes, pour que ce vestige soit préservé, sanctuarisé, voire vitrifié, j’entends les clameurs du bon peuple : « à l’aune de 2015, pareille vilainie doît être arrachée comme elle aurait dû l’être depuis des années ! ». J’acquiesce, j’exhorte, et ne peux que plaider la cause, afin que la juste main armée gantée de joie aille arracher et jeter la bête fasciste.

Je laisse le soin aux muséologues, aux conservateurs, d’exposer leurs vues sur la préservation de cette immondice, mais ne pourrait que comprendre le citoyen excédé qui décide de faire justice lui-même et détruise cet affront à la face de notre bonne cité.