boléro

Il faut prendre le temps de s'aimer, élégant chemisier en patron gratuit, roman photos et livres d'or

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 6 mars 2020

Extrait d'un conte mayennais

Objet : mesure faisant suite à la Circulaire Préfetetorale "Face à la crise, Faire contre Mauvaise Fortune Bon Sens"

"... comme toutes les pestes passées et à venir, que les anciennes campagnes de communication avaient nommées "Fléau de Dieu", "Bras armé de la vengeance omnipotente", "Gros Tas d'Emmerdes", ou "Carquois & carreaux pointus et piquants de l'absurde Nécessité", il semblerait que le GroVid19, communément appelé Conarovirus ait frappé au hasard, ou devrais-je le dire, Monsieur le Préfète de la République, au hasard de la Volonté Divine, suivant des voies qui demeurent à nos yeux impénétrables.

Car, une fois exclue de cours et confortablement installée en convalescence, aux frais du contribuable, la stagiaire de la formation professionnelle Vanessa Grumeaux est devenue la seule rescapée de cette promotion 2020. Le fait est que lorsque ses camarades de classe, dans un élan spontané de bon sens, croyaient discerner les signes du terrible virus, ce n'étaient en fait que les signes de la pauvreté, de la shlaguerie et d'une tenace trachéite ; car le Conarovirus s'est déclaré en salle de dessin dans une crise de toux généralisée dès le jeudi après midi suivant le départ de Mme Grumeaux ; nous avons, comme vous le savez, pris soin de déclarer dès lors la classe en quarantaine, ce qui a permis aux retardataires de finir pendant le week-end le programme de mathématiques. Le lundi soir, la femme de ménage a cru reconnaitre encore les toux râlantes de Robert, Greta et Phillandre, pourtant élèves zélés, puis le mardi midi : "plus rien d'autre que le bruit de cette satané chariotte sur le lino", a déclaré la femme de ménage. (On sait que les stagiaires, dont certains étaient originaires du Finistère, s'amusaient innocemment à comparer ce bruit à celui de la vilaine carriole qui annonçait jadis le passage de l'Ankou.)

De fait, la plainte posée par Vanessa Grumeaux contre la classe pour harcèlement est caduque ; eu égard aux circonstances, je me permets de vous informer que nous avons décidé, afin de ne pas trop impacter nos statistiques malgré cet incident, d'octroyer sur le champ et sans examen le Diplôme à Mme Grumeaux, -nonobstant ses médiocres résultats et son absentéisme répété-, et à titre posthume à l'intégralité de la promotion 2019/2020.

Afin de respecter nos engagements auprès de la Communauté de Communautés "Confins des Marches d'Anjou", nos  partenaires (GroBat, ArchiGol, ArchiBreizhù, Parpaing2Poussiere) s'engagent, à leurs frais, et, comme la loi le stipule, contre prime à l'achat de salariés et contre réduction de charges, à engager symboliquement, sans délais et en CDI, les jeunes diplômés.

Nous remercions notre prestataire, la SOCAM, pour avoir réalisé la campagne "Face à la crise, Faire contre Mauvaise Fortune Bon Sens", et fait le lien avec nos partenaires pour une somme dérisoire.

Veuillez agréer, M. le Préfète, nos, salutations les plus pétulantes,

Jean Michoul le Couëdenec, Directeur Opératif du GRETO de Laval

jeudi 28 septembre 2017

Tres amantes tui sunt

alors là

https://www.youtube.com/watch?v=Smr...

jeudi 13 juillet 2017

"Quand je veux à Laval", par Edouard Vent d'Haleine

De tout temps, l'Homme est hanté par la nostalgie et le trouble adolescent des amours balbutiantes. Ces sentiments généreux habitent en chacun de nous, au plus profond de nous-même, et constituent une féroce matière première pour les artistes. Édouard Vent d'Haleine, auteur-compositeur en contact intime avec l'adolescents, touche mieux que personne dans ce nouveau morceau à fleur de peau, et qu'il nous livre ici sans pudeur.

"Quand Je Veux A Laval" (Vent d'Haleine / Vent d'Haleine)

L'occasion pour Vent d'Haleine de rendre hommage au compagnon de toujours, Eric Connaissance, qui signe depuis toujours -et avec talent- les arrangements de ses morceaux, en plus d'être un collègue sur lequel compter quand je suis absent.

Pour en juger, voici les extraits de son travail pour le film d'art et d'essais érotiques "Les sigles de la vie", réalisé par Philippe Cheval lors d'un atelier avec les lycéens de Bretolle-sur-Buif. On lui doit le thème principal de la Bande Originale, et c'est un régal dont on ne se lasse pas de revoir les images.



"Pose de lambris au Vésinet" (Connaissance)



"Poseurs de lambris au Vésinet" (Connaissance)

mardi 4 juillet 2017

"Cette Nuit Je Rêvais", par Edouard Vent d'Haleine

EdouardCompose.jpg

On dit de lui à la salle des professeurs du collège Alfred Ja'ari de Nyoiseau que c'est le "professeur de musique le plus sexy de l'académie". Rare sur scène, nos producteurs ne connaissent de lui que sa voix sucrée et sursuave, et son immense talent d'arrangeur intemporel. Sa voix? Juste mélange entre un falsetto sans fard à la Michel Dépêche, les from-the-bottom de Marc Avoine et la sensibilité à fleur de poil d'un William Chelleur. Selon nous, autant le renouveau que la continuité de la chanson française. La presse locale est élogieuse :

"(...) D’abord, une virtuosité crâne et une variété d’expressions dans les vocalises clouante, mais surtout une ressemblance : ce timbre, ces phrasés, ces affects, cette ardeur rappelent à s’y méprendre ceux de Filou, chanteur angevin qui avait marqué la scène locale à la fin des années 1990 avant de chuter bêtement dans l'Oudon après un concert à Sègre". (Magazine du Conseil Général de Mayenne)

"Vent d'Haleine est tout simplement boursouflant." (Dimanche Ouest France)

"Cette nuit je rêvais" (Vent d'Haleine / Vent d'Haleine)

Composition, arrangement, texte, chant, production : Edouard Vent d'Haleine

Basse Guitar : J-P Nabrot

Guitare / Hammond Organe : Phil Nabrot

Programmation de la boîte à rythme : Erfille Jabouert

(Edouard Vent d'Haleine tient particulièrement à remercier le quatuor à cordes de la classe de 5ème B pour le travail réalisé cette année sur mon album, et l’École de Musique de Bourg l'Evêque pour le prêt des micros.)

dimanche 2 juillet 2017

"Sélection", par Gerarcore 6000

Gerarcore 6000, de son vrai nom Gérard Corps, est originaire de Noyant-la-Gravoyère. Fils et arrière-petit-fils de mineur, il s'inspire du bleu de son Anjou bleu natal pour composer ses chansons, pleines d'émotions et de filtre passe-bas. Entre breakbeat et musique javanaise, son univers est un carrefour d'influences pleines d'une authentique sensuabilité qui sourd entre les lignes, qui suinte à travers le flot. micr0lab, le label défricheur et découvreur de talents, est fier de présenter en exclusivité ici le premier, nouvel et dernier album de celui qui se qualifie lui même de "chanteur qui bande sur secteur".

Ne louper pas sous aucun prétexte le tube de l'été (conçu pour) : "Saucisson Surprise Sec"

La coup de cœur de l'ingé-son : "Vivre pas trop mal n'est qu'une question de contrastes"

(durée totale du disque : 8'44 en écoutant chanson par chanson, 1'25 en écoutant tout en même temps.)

"C'est comme être à 120 pourcents de l'entier"

"2 Litres de Gasoil pour 1Kilo de poisson"

"Califat Espagnol"

"Compter le réel"

"Façon Grand-mère ou Tradition"

"L"humanité se caractérise par une épouvantable mauvaise foi"

"Ma dimension émotionnelle"

"Pantalons et Porte-jarretelles"

"Noyé à Noyant 2 chagrin"

"Je sens en toi toute ta chaleur"

"Sylvia Cahun aime Claude Kristel"

"Tant de mains pour transformer le monde et tu t'es pété le poignet"

"Va voir la bas si j'y suis et raconte moi l'epithumogénie"

"Toutes les bonnes choses ont une fin"

"Saloperie d'amour tendre"

mercredi 13 avril 2016

Compréhension de texte

espace_scenique2.jpg

Jusqu’ici tout va bien, une jeune femme en robe de chambre, un intérieur bien tenu, un amant qui n'arrive pas, mais...

espace_scenique3.jpg

... serait ce le petit nom qu'utilisent entre eux les amoureux pour désigner la négligence spatiale unilatérale (anciennement héminégligence) dont souffrirait Alain, pathologie neuronale qui a comme conséquence de rendre le sujet incapable de "détecter, s'orienter vers, ou répondre à des stimuli porteurs de signification lorsqu'ils sont présentés dans l'hémiespace contralésionnel"? Le stimuli envoyé ici par la jeune femme à son amant est pourtant clairement "porteur de signification". De plus, peut on souffrir de désorientation spatiale et répondre au téléphone? Serait-on en présence d'un signe précurseur de la maladie d'Alzheimer? Alain, l'amant de la jeune femme l'est-il aussi, jeune? Si elle dit "zut" à l'annonce de la rechute d'Alain, qu'elle croit qu'il va guérir en une semaine, lui a-t-il menti sur son état? Qui est malade, Alain ou la jeune fille? Si quelqu'un peut éclairer ma lanterne, je n'arrive pas à continuer ma lecture. (indice : le photoroman est -mal- traduit de l'italien)

lundi 18 janvier 2016

Quand un octet se décale

Mais lequel, et comment le savoir,
Peut-être un jour le sauras-tu, et m’emmenera le voir,
[poum poum tchac tchac poum.]

[Un temps]

Je ne le sais pas,
lequel octet là,
s’est décalé de toi,
ni si c’était pour moi.

[ti di ti di ti]

Si un jour tu vois son code,
Alors là, tu le sauras,
S’il voulait mes bras,
Ou s’il en voulait à moi.

 

elie_medeiros_03.jpg
 

 

lundi 30 novembre 2015

Save the world

Click here to save the world

mardi 20 octobre 2015

Un sonnet, par les poètes du Sparnasse

Ville de merde, ville de merde, ville de merde,
Ville de merde ville, de merde ville de merde,
Ville, de merde ville, de merde ville de merde,
Ville de merde, ville de merde, ville de merde.

Vil de merde, vil de merde, vil de merde, vil de merde,
Vil de merde vil, de merde vil, de merde vil, de merde
Vil, de merde vil de merde, vil de merde vil de merde,
Vil de merde vil de merde, vil de merde, vil de merde.

Ville de merde, ville de merde, ville de merde,
Ville de merde ville, de merde ville de merde,
Ville, de merde ville, de merde ville de merde.

Vie de merde vie de merde vie de merde vie de merde,
Vie de merde vie de merde vie de merde vie de merde,
Vie de merde vie de merde vie de merde vie de merde.

mardi 22 juillet 2014

Cocktail de genres

Melangedesgenresweb.jpg

- page 1 de 2