Mot-clé - la famille avant tout !

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 25 mars 2018

Pratiques d’ici, pratiques d’ailleurs : Voter pour les Miracles

Où il sera question de la campagne « Votez Pour Les Miracles » http://voteformiracles.org

Donc. Par où commencer? L’accès.

Cela remonte au temps où ces logos étaient partout: on pouvait les « cliquer » et accéder essentiellement au même contenu, mais sous une forme vaguement interactive. Expliquer l’usage du côté des utilisateurs de tout ça nécessiterait trop de travail, mais du côté desdits logos, le bénéfice était net: ils avaient ainsi accès à toutes sortes d’informations sur le gogo qui cliquait, et, contre la promesse de la participation à un tirage au sort, ou contre une renommée momentanée, on pouvait tranquillement accéder au porte-feuille du gogo.

DONC L’idée est d’« appeler à la générosité » un très grand nombre de personnes (tous les employés de l’Université d’Augusta ont été sollicités, dans les 5000 personnes, et je ne parle que d’un hôpital égaré dans une grande liste, ici, voir plus bas) sont priés de cliquer un peu partout pour « voter » pour « leur » hôpital, et « ses » enfants.

Là où la chose est réellement fantastique, c’est

  • Qu’il s’agit en réalité d’une compétition. L’impressionnante liste des hôpitaux (http://voteformiracles.org/hospitals.php) le rappelle: les hôpitaux ici ont besoin de thunes, la logique de mise en compétition est d’autant plus savoureuse qu’il s’agit de « soigner les enfants ». « Les enfants du Shodair Children's Hospital dans le Montana peuvent bien crever, ici, dans le Rhode Island, on est tous derrière les enfants du Hasbro Children's Hospital.» Seuls les 5 hôpitaux qui collectaient le plus de « votes » gagnait de l’argent : de 50.000$ à 5.000$, En sachant qu’une pancréatectomie semble coûter dans les 50.000$, on mesure l’impact incroyable de pareille générosité, et le ratio personnes emmerdés / enfants soignés semble friser avec l’infini.
  • Il s’agit de « voter » pour un « miracle » : confusion superbe, merveilleuse théocratie inversée. Il ne s’agit pas de Dieu qui gouverne, mais du peuple qui demande à Dieu d’intervenir, non pas en fonctions de critères divins, mais humains -- en sachant qu’en l’occurrence, Dieu est un conglomérat de banques.
  • Que les banques à l’origine de cet initiative sont des « Credit Union », c.-à-d. des banques coopératives, donc plutôt les good guys dans le tableau. Et qu’en plus, c’est effectivement sympa de leur part de files des thunes aux hôpitaux : la plupart des banques, ici, ne s’occupent même pas du vernis d’action charitable, un ou deux sponsoring d’événement sportif, un pub bien placée, et le tour est jouée. Grand merci que tout cela soit du passé, désormais que les soins sont faciles, libres, et les enfants heureux.

  • http://jagwire.augusta.edu/archives/49904

  • https://www.drugwatch.com/2015/10/07/cost-of-cancer/
  • https://costprojections.cancer.gov/annual.costs.html

mercredi 28 février 2018

Chroniques de la vie en ville en voilà #8



vendredi 7 juillet 2017

Sortie dominicale

plus_porcs_que_le_porc.jpg

Je me suis réveillé sur le dernier bruit d'un cauchemar assez pénible mais aussi très grotesque : nous déjeunions en famille (avec évidemment des membres morts ou que je ne connaissais pas, habillés en prolos des années 70, exception faite de mon frère) au bord d'un précipice dans les Pyrénées. Il s'agissait d'assister de très loin à une arrivée d'étape du Tour de France qui se déroulait sur un sommet opposé.

Le temps, les tempêtes, la fonte des glaciers avaient fait de ce bord de précipice une parfaite table de picnic. Les personnes mangeaient face à face, les uns côté chemin, rassurant, les autres sur des sièges à dossier naturel et sécure, mais suspendus dans le vide.

Je suis assis du côté plein. Mon frère, qui a l'âge mûr d'aujourd'hui, est assis quant à lui côté vide. Il a fini ses chips et manifeste son désir de reprendre pied sur le chemin. Je suis tout indiqué pour l'aider, malgré l'étrange fatigue que je ressens. A côté du groupe familial, il y a une touriste solitaire qui elle aussi avait fait halte pour casser la croûte, mais que je ne remarque qu'au moment où je donne la main à mon frère. Elle se trouve en effet côté ravin et essaie, seule, de remonter de l'autre côté. J'ai d'abord entendu son souffle, le souffle massif de quelqu'un de corpulent qui produit un effort. Un effort surhumain. Effectivement, la femme, vêtue d'un jogging gris, présente des dimensions fabuleuses : je dirais deux cents cinquante kilos d'une chair formidablement flasque.

J'aide mon frère à repasser de l'autre côté donc, en me disant "on va quand même l'aider". Tracter mon frère me coûte déjà beaucoup d'énergie, je me sens malade et épuisé mais la peur que j'ai de ce vide et la peur d'y lâcher mon frère me font oublier ma faiblesse. Une fois la chose faite, je me dis que ça va être difficile de l'aider, cette grosse femme, voire pourquoi pas DANGEREUX ; mon frère semble se dire la même chose et sans piper mot nous la regardons tenter en soufflant de basculer son corps par-dessus le parapet -du bon côté, naturellement. Le reste de la famille, quant à lui, fait tout simplement mine de ne rien voir. Son silence bruit de "c'est dimanche on ne va quand même pas s'emmerder" et de "qu'est-ce qui lui a pris de se mettre dans cette position à cette conne ?", ou bien ils ne la voient ni ne l'entendent tout simplement pas, bien qu'ils soient assez proches d'elle pour sentir l'odeur même de son souffle.

Et dans ce silence plein d'indifférence légère, de bruits de chips qu'on mâche mêlés à des pépiement d'oiseaux, mêlés surtout au frottement du jogging gris, de mains qui essaient d’agripper la pierre et d'un souffle toujours plus massif et de plus en plus rapide, la grosse femme fait tout ce qu'elle peut pour enjamber le parapet de pierre, en soufflant fort, dans son jogging gris.

Et dans ce silence dominical donc, bonhomme, nimbé d'un bonheur simple et familial la femme, après un ultime effort, glisse sur la pierre et, avec une rapidité, une fluidité et une douceur incroyables, disparaît de ma vue.

Les yeux fermés je compte quatre secondes supplémentaires de ce silence qui est comme un bloc de convivialité et de terreur insoutenables quand un bruit mat l'interrompt, comme d'une escalope qu'on attendrit.

Je me dis, les yeux toujours fermés, que ce genre d'aventure est décidément tout ce qu'on mérite.