Mot-clé - Visionnaire

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 25 mars 2018

Pratiques d’ici, pratiques d’ailleurs : Voter pour les Miracles

Où il sera question de la campagne « Votez Pour Les Miracles » http://voteformiracles.org

Donc. Par où commencer? L’accès.

Cela remonte au temps où ces logos étaient partout: on pouvait les « cliquer » et accéder essentiellement au même contenu, mais sous une forme vaguement interactive. Expliquer l’usage du côté des utilisateurs de tout ça nécessiterait trop de travail, mais du côté desdits logos, le bénéfice était net: ils avaient ainsi accès à toutes sortes d’informations sur le gogo qui cliquait, et, contre la promesse de la participation à un tirage au sort, ou contre une renommée momentanée, on pouvait tranquillement accéder au porte-feuille du gogo.

DONC L’idée est d’« appeler à la générosité » un très grand nombre de personnes (tous les employés de l’Université d’Augusta ont été sollicités, dans les 5000 personnes, et je ne parle que d’un hôpital égaré dans une grande liste, ici, voir plus bas) sont priés de cliquer un peu partout pour « voter » pour « leur » hôpital, et « ses » enfants.

Là où la chose est réellement fantastique, c’est

  • Qu’il s’agit en réalité d’une compétition. L’impressionnante liste des hôpitaux (http://voteformiracles.org/hospitals.php) le rappelle: les hôpitaux ici ont besoin de thunes, la logique de mise en compétition est d’autant plus savoureuse qu’il s’agit de « soigner les enfants ». « Les enfants du Shodair Children's Hospital dans le Montana peuvent bien crever, ici, dans le Rhode Island, on est tous derrière les enfants du Hasbro Children's Hospital.» Seuls les 5 hôpitaux qui collectaient le plus de « votes » gagnait de l’argent : de 50.000$ à 5.000$, En sachant qu’une pancréatectomie semble coûter dans les 50.000$, on mesure l’impact incroyable de pareille générosité, et le ratio personnes emmerdés / enfants soignés semble friser avec l’infini.
  • Il s’agit de « voter » pour un « miracle » : confusion superbe, merveilleuse théocratie inversée. Il ne s’agit pas de Dieu qui gouverne, mais du peuple qui demande à Dieu d’intervenir, non pas en fonctions de critères divins, mais humains -- en sachant qu’en l’occurrence, Dieu est un conglomérat de banques.
  • Que les banques à l’origine de cet initiative sont des « Credit Union », c.-à-d. des banques coopératives, donc plutôt les good guys dans le tableau. Et qu’en plus, c’est effectivement sympa de leur part de files des thunes aux hôpitaux : la plupart des banques, ici, ne s’occupent même pas du vernis d’action charitable, un ou deux sponsoring d’événement sportif, un pub bien placée, et le tour est jouée. Grand merci que tout cela soit du passé, désormais que les soins sont faciles, libres, et les enfants heureux.

  • http://jagwire.augusta.edu/archives/49904

  • https://www.drugwatch.com/2015/10/07/cost-of-cancer/
  • https://costprojections.cancer.gov/annual.costs.html

lundi 13 juin 2016

Trois petits patrons de livres

Mise en bouche

Le décès de Maurice Sinet (Siné) le remémore : gribouilleurs, chroniqueurs, metteur en mots, fournisseur de matière à imprimer, ne vont pas loin sans le génie, la fibre, la débrouille, du patron de presse. C’est ainsi. Georget Bernier (Professeur Choron) a su galvaniser, proposer une vision, une forme, recruter, haranguer, mais aussi payer des factures, trouver du blé, soudoyer les imprimeurs, arnaquer la TVA, gérer des gros sous, même quand il n’y en avait pas.

index.jpeg
 

La presse aujourd‘hui en France est subventionnée à fond les ballons, achetée par les magnats et l’état non pour garantir son indépendance, mais sa docilité, et avoir un fort pouvoir sur « l’opinion public ». C’est dans un réservoir de confiance que les banquiers investissent pour mieux placer les produits de leurs copains. Pour s‘extirper de cette grande tromperie, il faut éditer à côté, mordre la terre, crever, et connaître (rarement) de quoi payer les pâtes des années après, à l’image de Ferraille magazine des Requins Marteaux, ou de Lapin, de L’Association, qui ont vecu dans des conditions chaotiques, mais sont devenu par la suite la matrice d’une partie des bédés d’aujourd’hui. Expérimentations.

cizo_ferraille_m-299x423.jpg
 


Des expérimentations, en voilà trois.



AAARG!

Aaarg.jpg
 

Aaarg, l’histoire de AAARG! est belle et douloureuse. Un magazine audacieux, plusieurs formules, de beaux livres à tout va (une trentaine en 3 ans !), un grand apetit et encore plus de talent. Et puis quelques coups de pas de chance, une crainte de ne pouvoir rémunérer les auteurs, et voilà que la pause à durée indeterminée survient.

C’est raconté dans un très long et beau billet sur leur site, mais ce billet ne dit rien des merveilles qu’ils ont fait découvrir au rédacteur de ce billet. Juste un? Allez, Glory Owl.

telethon.jpg

 

Les Aventures de Teddy Riner

Une belle prise de risque des éditions Dargaud, même si, comme le déclare Thibault Lanxade du Medef, « la prise de risque en France n'est plus considérée ». Dargaud s’en moque et joue le tout pour le tout avec cette audacieuse adaptation du plus sympathique des judoka.

aventures-de-teddy-riner-les-tome-1-colere-du-dragon-la.jpg
 

Mystères asiatiques, sympathiques personnages (des deux sexes !) et humour sont au rendez-vous de cette prometeuse série qui nous fera bien vite oublier que « la fiscalité devient tellement forte que l'État devient presque actionnaire de toutes les entreprises ! », et que « quant au chef d'entreprise, il devient quasiment un salarié. » (idib).


Le vilain petit canard

Est-ce pour enfant, pour adolescent, pour adulte, pour activiste, un peu tout ça ? Je ne sais pas qui le sait, mais le vilain petit canard didactise, tente, expérimente, improvise, et c’est un plaisir rare.

vilain_petit_canard5.jpg
 

Un peu de mythologie, un peu d’actualité, des blagues et un contenu aéré, mais aussi une longue pause joliement présentée sur leur blogue pour réfléchir, trouver des sous, prendre des vacances pour le temps. Mais les voilà de retour, foncez vous abonner !

MollesseOuVertu.jpg
 


Deux mots de conclusion

Non pas que j’en veuille à Dargaud, hein, même si bon les éditeurs-ministres, je m’en méfie, mais pour souligner qu’éditer des crobards, ça coute un fric monstre, et ça ne rapporte rien. Houra à tous ceux qui se mettent la tête dans les chiffres, payent les dessinateurs et auteurs pour qu’ils puissent penser et divaguer pour nous, pauvres travailleurs. Mais merde aux patrons de presse et aux maisons d’éditions en même temps : quelle est le seuil à partir duquel elles puent ? Il faudrait peut-être inventer l’échelle Val pour le savoir. En tout cas, j’avais listé d’autres journaux libres dans ce billet : faîtes-en bon usage !