Mot-clé - balades champestres

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 1 juin 2015

Souvenirs d'un avenir radieux

Chers amis cyclistes de la micr0labe,

après l'épisode de la destruction du Belfo,

après le drame du vol du rouge et blanc et noir,

mais aussi après de nombreuses aventures pleines de fantaisies et de rêves oniriques,

j'ai l'honneur de vous présenter le nouveau bicloune officielle du peloton micr0labe.

velo.jpg

Reprenant quelques une des caractéristiques techniques du rouge et blanc et noir qu'il remplace (souvenez vous, notamment les belles étapes 101 et 125 -rubrique "Glandathlétisme"- Hommage...) DSC_0806.jpg
à Rennes, en solitaire


ici en vacances à la mer avec le Shimasport de TcroixT, ah, que de souvenirs...

velo2.jpg ... ce nouveau vélo de la team micr0labe est fin, élegant, élancé, rapide comme la bière qui s'étale sur une nappe cirée et véloce comme un chamois qui fuit la dameuse en plein hiver. Il est de couleur "noir-scotch", avec des touches de "jaunasse-frime" et de "gris champion". Ses braquets variés sont parés pour tous les dénivelés et toutes les gueules de bois. Il freine bien et fait pas trop mal au cul pour un vélo de course. Mais gare aux voleurs ! Le propriétaire annonce qu'il sera sans pitié, et que le vélo est piégé.

En route pour de nouvelles aventures !

Remerciements :

Ce vélo a reçu le soutien de la fondation "un beau vélo pour un cy-clodo"; merci à Thomas Blond du ROCK pour la base historique du bicloune, à Ali de "Ali Ba-Byke" et Monsieur Meunier des Cycles Meunier pour les prêts et les conseils, au Monsieur des fournitures de chez Hubert (Reims) pour les serflex cadeaux.

Partenaires institutionnels de la micr0labe :

Ce vélo a été monté entre avril et mai 2015, entre l'atelier vélo de l'Ecluse (Reims -lien-), l'atelier vélo de l'Elaboratoire (Rennes -lien-) et La tête dans le guidon (Angers -lien-). Tous ces ateliers sont autogérés et sympathiques.
Demandez de notre part Monsieur Meunier à l'Ecluse, Raul à l'Elabo et Xavier à la tête dans le guidon, ils sauront vous aiguiller dans la jungle des pignons. Supportons nos bouclards locaux ! Vive la roue libre !

Retrouvez bientôt le noir-jaune-gris en action : de nouvelles cyclo-romances en préparation.

Bonnes balades à tous !

dimanche 25 janvier 2015

Mystère dans les Mauges : La planche Grelet

chap_grelet.jpg

"Vers la fin du XVIIè siècle, en ce lieu de la Planche Grelet, le voyageur pouvait à peine se frayer un passage à travers les taillis et les champs de genêts. Les sentiers, connus dans le pays sous le nom de chemins creux étaient mauvais et, pour traverser le Pont aux jars, ce ruisseau qui coule au fond de la vallée, il n'y avait qu'une Planche ou plutôt un tronc d'arbre surmonté d'une rampe, aussi mal arrimé l'un que l'autre. C'est sur le pont primitif que l'on appelait la Planche Grelet. De plus, tout près de là, se trouve la pierre Bâl, celle-ci aurait servi vraisemblablement aux sacrifices druidiques. Ce monument inspirait alors l'horreur, soit par l'imagination, soit par superstition, en laissant supposer que les esprits malins avaient pris possession de ce lieu, témoins d'ailleurs de plusieurs crimes, et où personne ne passait sans effroi. Quoi qu'il en soit, aux environs de 1697, en pleine nuit, un cultivateur Michel Plessis, fut saisi sur la Planche Grelet d'une peur effroyable. Il crut être attaqué par une bête méchante qui lui serrait la poitrine et menaçait de le jeter à l'eau. Michel_Plessis.jpg Dans son épouvante, il se voua à la Sainte Vierge, et lui promit de venir la prier en ce lieu s'il était délivré. Rassuré aussitôt, il put entrer sain et sauf, chez lui, au village de la Bordellière situé non loin de là. Dès le lendemain, il tenait parole et pratiquant une niche dans un ormeau, il y plaçait une statuette qu'on invoque depuis lors contre la peur."

de_votion_peur.jpg

Janvier 2015 : Une équipe de spécialistes du patrimoine paranormal veut en savoir plus.

DSC_0690.jpg

Le chemin, plein de mystère.

DSC_0696.jpg

La chapelle, mystérieuse. Nos héros sentent bien qu'ils sont au cœur du mal. Reste à éclaircir le mystère du mal qui sue par tous les pores de ce lieu maléfique, hanté par de mauvais anges seuls, ou résident goules et les farfadets, et où les eaux malades et pestilentielles du ruisseau aflluent de l'Evre font se dresser les cheveux sur la tête de l'honnête paysan ou voyageur. Nous sommes tous Michel.

Souvenons nous que "selon une légende récurrente, « Mauges » serait une déformation de « mauvaises gens »." Terre païenne et farouche. Le cœur du mal, véritablement.

bretaudie_re.jpg tourlandry.jpg

La suite bientôt.

mardi 11 novembre 2014

"Amours bafoués à Kermorin", ou "la Bretagne libérée de leurs envahisseurs"

DSC_0859.jpg
L'entrée dans le pavillon témoin de leur amour donna lieu à d'indescriptibles manifestations sensuelles. Parfois l'architecture dépossède les esprits et déchaine les corps.

DSC_0866.jpg
Il la cherchait, elle n'était pourtant pas loin (dans l'angle à gauche) ; les enquêtes des détectives privés ligériens se soldèrent toutes par de cuisants échecs. L'amour s'enfuit. Lui, plein de fougue et de vindicte : "Certains osaient les dire "correct", ces barbares scientifiques !"

DSC_0867.jpg
... c'était dans un salon de beauté qu'ils s'étaient rencontrés. Elle coupait les ongles, lui les ramassait, comme d'autres mouillent leur pain dans les vespasiennes. C'était son plaisir, sa madeleine de Prust.

DSC_0869.jpg Elle fréquentait le magasin, lui l'autre magasin. Ils s'étaient frôlés depuis tant de temps... Quelle ne fut pas leur joie mutuelle quand ils purent comparer leurs anatomies après avoir comparés leurs tickets de caisse ! La marchandise permet aussi parfois le miracle de l'amour. "Le spectacle répugnant de certaines complicités n'aura pas été la moins cruelle de nos épreuves morales", lui fit elle avec tendresse.

DSC_0882.jpg Ils pélerinaient au rabais ; leurs moyens modestes, dilapidés déjà dans les courses aux Magasins, ne leur laissaient que ces ersatz, mais ils s'en contentaient. Car l'amour prie aux exvoto les plus modestes, et sait magnifier le discret.

DSC_0889.jpg De Nantes à Brest, il parcouraient d'incroyables paysages de beautés surprenantes, ou le grandiose le dispute au sublime. Ils s'aimaient, simplement. En roulant vers un avenir radieux.

DSC_0893.jpg La carte de leur amour les égaraient sur le chemin du bonheur. "C'est par ici?" dit elle. "Non, par là." lui répondit il.

DSC_0894.jpg Elle attendait. Tout cela lui rappelait la vie d'avant, les guinguettes, les chars d'assaut, les bals de débutantes. Et c'est d'un cœur gonflé de joie, d'une voix tremblantes encore de leur larmes si récentes, qu'ils lancent au ciel, avec ferveur, ce cri de leur amour : "Vive l'amour !"

DSC_0899.jpg Ils voyageaient, parcouraient le monde, visitaient des lieux pittoresque. Parfois, ils buvaient des cafés allongés. Les anglais avaient débarqués, à Quintin. Ils leur restait toujours la possibilité de sauter dans le canal. Un ancien du village leur avaient dit, et cela répondit en partie à leur interminables conversations géopolitiques ; "si les anglais arrivent, mords les".

DSC_0905.jpg Les marchandises, les fêtes villageoises ; tout cela leur était interdit du fait de son état de santé. Ils buvaient du jus bio, il s'occupait d'elle, elle s'occupait de lui, elle s'occupait d'elle, il s'occupait de lui. Ils s'occupaient d'eux du mieux qu'ils pouvait. Mais la pétanque et le bal leur manquait toujours.

DSC_0910.jpg "Terre ingrate !", s'exclama t'il. Elle opina.

DSC_0916.jpg Son père désapprouvait fortement leur relation. Sa situation modeste n'était pas à la hauteur de ses espérances. "Il sera pendu demain matin !"

/ Intermède /

DSC_0917.jpg Les saisons passèrent, le lait devint beurre, le vin ne sera plus tiré. Et ils y associaient, avec le poignant regret de leur absence, les victimes totales, les martyrs, les fusillés de Bretagne, qui ont fait à la V-Cause le suprême sacrifice et qui n'ont pas eu la joie de voir cette libération pour laquelle ils avaient tout donné.

DSC_0926.jpg Il priait, roulait, priait, et roulait encore. Il voulait être champion en Christ, champion en course. Il noyait son chagrin dans les tours de roue et les eucharisties.

DSC_0950.jpg Le zodiaque, sur la plage, restait désespérément vide. Il attendait qu'elle se présente pour son enlèvement, mais ne vint pas. Il attendait, contemplait le coucher de soleil, seul, ressentant fort le sentiment solitaire de son infinie solitude. "La lune au moins elle, a les étoiles !" Il en composa de très beaux vers -disponibles franco de port auprès de micr0lab-.

DSC_0969.jpg La canicule, les gares, les amis de passage et les bons conseils...

DSC_0973.jpg ... tout cela le conduit à assumer cette réalité qu'il se cachait depuis tout ce temps : le train de leur amour était sans arrêt. "Maintenant, au travail !", se dit il à lui même en son bunker intérieur. "Nous avons bien des larmes à sécher, bien des plaies à panser, bien des ruines à relever." "La vitesse de transport ne fait que multiplier l'absence, voyager pour oublier, conseillait-on autrefois au neurasthénique, voyager palliait la tentation suicidaire en lui opposant un substitut, la petite mort du départ, l'acquisition de la rapidité du déplacement c'était la disparition dans le sans-lendemain de la fête du voyage et, pour chacun, comme une répétition différée de son dernier jour."

FIN

lundi 21 juillet 2014

Étape n°125 : d'un château l'autre rillette.

Après la prestigieuse classique Flaglande, c'est cette fois ci, alors que les vrais sprotifs bataillent sec du jarret et de lentourloupe antidoping, un direct en différé de la grande et mythique :

Angers-Laval,

poursuivie en

"traversée des marches de Bretagne"

ou

"Tour de l'ambiguité identitaire historique"

On est en France, ça y'a pas de doutes.

Une belle épreuve, ponctuée d'étapes pittoresques, sur des routes peu parcourues, et avec des extensions surprises, totalement en dehors du programme initial. Un croquis vaudra toujours mieux qu'un long discours, revoyons les images au ralenti.

DSC_0784.jpg La campagne en campagne. DSC_0788.jpg Acceuil jovial du peloton dans une ferme très sympathique. DSC_0789.jpg Check point, assortiment de boissons chaudes et boissons fraiches au "Foyer Rural" de Chateau-Gontier ; ils sont bons ces mayennais. DSC_0791.jpg L'oreillette ne suffit plus ; la D112 dite "départementale des bermudes de Mayenne" a perdu les meilleurs.
DSC_0796.jpg Un moment de poésie dans un enfer de lubrifiant mécanique.
DSC_0799.jpg Laval, superbe collection d'art naïf. DSC_0804.jpg DSC_0806.jpg Rennes, ville de soiffe et d'histoire.

DSC_0810.jpg Le réseau ferré français est magnifique.


- GRAND JEU CONCOURS Trouvez toutes les différences, et gagnez l'équipement d'un champion ! (banane survitaminée, paire de chaussettes, gourde en plastique étanche) DSC_0821.jpg DSC_0822.jpg



DSC_0826.jpg Nantes, ville engagée à mort dans le coule.

DSC_0832.jpg DSC_0833.jpg DSC_0834.jpg DSC_0837.jpg

DSC_0841.jpg le peloton se détend DSC_0845.jpg voir prend ses aises DSC_0847.jpg et le lendemain, après un spectaculaire caca en spray (c'est cela aussi, le glandathlon), contre-la-montre dans le col du chateau-qui-n'existe-plus, beau belvèdère sur la Loire.

Comme d'habitude le vainqueur a été tiré au sort par une main innocente, le trophée remis devant les Officiels par de moins innocentes mains à la disposition des Champions. Tout est bien qui ne finit pas, comme dit le philosophe. La roue tourne, les maillots jaunent, mais le glandasport triomphe ! Vive la Roue Libre !

... en différé pour la 125ème étape de la première édition du « Tour des Cartes IGN en vertical », épreuve qualificative pour les Grandes Glandathètiques en équipes libres, nous vous rappelons que cette course relie initialement Angers à Laval, puis Laval à Angers en passant par Rennes, Redon, Nantes, Ancenis, et que les inscriptions sont toujours ouvertes.

ign_top100125_recto_9782758530138.jpeg

dimanche 2 février 2014

D'une manif l'autre, d'un recul l'autre.

Angers, samedi 1er février, 14h00 : Manifestation contre la fermeture des Ardoisières de Trélazé. 1.jpg Légende : le groupe Imerys est propriétaire des mines qui produisent une ardoise de grande qualité, utilisée pour la restauration des monuments historiques et bâtiments de France. 3.jpg Le groupe Imerys : "Présent dans 50 pays avec plus de 250 implantations industrielles, Imerys exploite 121 sites miniers et 30 minéraux ou familles de minéraux différents. Il a réalisé près de 3,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel en 2012." Wikipédia 4.jpg "Le groupe dégage des bénéfices substantiels en constante augmentation. Rien que pour l'année 2012, ils s’élèveraient à 320 millions d'euros. Sur ces 320 millions, 117 ont été reversés sous forme de dividende aux actionnaires." CGT mines-énergie. 2.jpg 150 mineurs au chômage, plus tous les travailleurs -précaires ou non- liés à la sous-traitance. http://www.franceinter.fr/emission-un-temps-de-pauchon-la-tuile-0 (et les 3 émissions suivantes)

Angers, samedi 1er février, 16h00 : Manifestation de soutien aux femmes espagnoles contre la régression du droit à l’IVG. 5.jpg

jeudi 3 octobre 2013

L'été indien en Normandie

ou

"qu'elle est belle la France qui branche des cables"

Une possible bande de musique de micr0lab s'en est allé au Havre pour le festival de musique Tourneson, au Havre, organisé dans le cadre du festival européen du Patrimoine, et ayant lieu dans ce qui fut un fort destiné au festival possiblement permanent de la Guerre.

drole_de_bazar.jpg

Un drôle de bazar

La vue depuis la haut sur l'industrie était belle, la cour du fort était suffisamment grande pour accueillir un acousmonium de grande ampleur, sans aucun doute le plus beau qu'il nous ait été donné de voir depuis les campagnes napoléoniennes. Le samedi ont été spatialisées les pièces des DAUA, BrüleParPaing, Jean François Magre, Sébastien Pérotin, Pier de Beyr sur 20 000 watts d'enceintes faisant résonner la grande enceinte. Interruption précise à l'heure donnée pour ne pas importuner les voisins -car il y en a- et ne pas abuser de la tolérance des instances officielles -et de son toujours bienveillant bras armé la maréchaussée- à l'égard de la musique expérimentale. Quelle belle fête ! La soirée en chansons hardcore et liqueurs et fromage, dans les alvéoles du fort ; puis le lendemain une performance du grand orchestre spatialisée par l'ami Hubert Michel.

YUBSoundi-Acous3.jpg

Hubert Michel et Dan Digital, ça rigole.

Pas que du lab, bien entendu, car ce fût d'autres belles pièces et perfs, dont Eric Broitemann, Electric Landscapes of Rebellion, Dan digital et Quentin Rollet, les 2 pianos, et beaucoup d'autres dont on ne savait le nom tant les salves soniques furent nourries et serrées. Public mélangé, de l'acousmopathe à Maman poussant Bébé ou la famille au complet en digestion active du plat dominical, du à la bienvenue ouverture du lieu.

Une balade sur le port du Havre, sur_la_jetee.jpg sur_la_falaise.jpg des_gros_lego.jpg



visite de l'appartement témoin de la modernité, cambriole.jpg ... et puis c'est bientôt le départ vers d'autres aventures à Caen, en compagnie d'autres amis, des amis Jo et Mil, et avec notamment une saynète bruitiste et amusante du nouveau crooner officiel George Hunckelbird. George.jpg

Ou l'on découvre qu'un groupe électrogène c'est une SMAC* toute entière, si l'on veut, comme tout Combray surgit d'une tasse de thé et d'un bout de madeleine rassie chez Marcel Proust. La distro fût toujours bien présente et bien aimée, animée par le vaillant colporteur Sol. La pluie emballa les enceintes d'un halo de plastique frappant les membranes, formant charmant tapage. Mais pas suffisamment pour enterrer les enceintes sous la boue. Il en faut plus pour calmer l'enthousiasme tournesonien. Rendez vous à l'année prochaine !

  • Scène de Musique ACtuelle : label du Minisère de la Culture qui distingue les salles officielles dédiées aux "Musique Actuelles" ou "Musiques Amplifiées"

jeudi 2 mai 2013

Héros & moments du Glandathlon Français, suite

Eugène Christophe, dit Cri-Cri, dit le vieux gaulois

dans

Maudite fourche

"Sur le Tour de France 1913, Eugène Christophe est renversé par une voiture dans la descente du Tourmalet. Sa fourche est brisée. Le règlement interdisant alors toute assistance en course, le coureur dut lui-même trouver une forge à Sainte-Marie-de-Campan après une marche d’environ 15 kilomètres et réparer sa fourche, forge tenue par Joseph Bayle. L’incident donne quatre heures d’avance aux premiers du peloton, et tous les rêves de victoire finale dans la Grande Boucle 1913 s’envolent.

Sur le Tour de France 1919 (...) Eugène Christophe casse sa fourche. Il doit encore réparer lui-même son matériel sans aucune aide extérieure sous peine de disqualification ce qui lui prend plus d'une heure.

Sur le Tour de France 1922, en passe de prendre la tête du classement, il cassa sa fourche dans la descente du Galibier, et gagna Saint-Jean-de-Maurienne sur le vélo d'un prêtre."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Christophe

Le calvaire et la victoire sur le Milan-SanRemo 1910 -Lire le récit palpitant sur La Dordogne cycliste-

mardi 26 février 2013

DOSSIER : La redynamisation économique des quartiers

C’est avec grande joie que nous découvrons dans le numéro 23 de 18 ensemble que le renouveau de la rue des Poissoniers progresse à pas de géant. On nous chuchote qu’une surface alimentaire serait déjà prévue. Les pépinières pullulent et portent le magasin Métro Cash & Carry, qui n’en finit plus de s’ajouter à l’installation, puisque le site internet de metro date ses débuts en octobre 2008. La mairie n’est rigoureuse ni en date ni en images, comme nous vous invitons à le découvrir.

Observez bien, l’un des deux a été plus heureux dans son montage !

18_ensemble_aprecu Page 11, pdf disponible en ligne.

Officiellemt metro Source

Sinon, signalons également que le « SOHO » porte ses fruits (désormais aux normes d’hygiène) en ce marché couvert de La Chapelle. Tout s’invente, comme ces étonnants services à l’industrie et de la santé humaine. S’agit-il de coupler les deux ? De deux choses différentes ? Peut-être la mairie n’est-elle pas non plus à l’aise avec les prépositions ?

Nous invitons donc tous les rédacteurs de 18 ensemble à aller profiter des traiteurs : c’est le moment, ils sont ouverts aux horaires du déjeuner ! (Et chassés ensuite ?)

vendredi 8 février 2013

Convergences, du bocage ligérien à l'openfield marnais...

... en passant par le Mexique et le Japon. En quoi ces luttes contre les superstructures aéroportuaires cristallisent autant les luttes, font copiner les différents sujets d'objections, plusieurs générations et sociologies de citoyens, en différents temps et lieux ?

//

Actualité : après moults péripéties, la lutte continue sur la ZAD (officiellement "Zone d'Aménagement Différé" plus clairement rebaptisée en "Zone A Défendre").

Une nouvelle ferme est réinvestie, les appels à participation/installation sont toujours valables ; le programme des festivités prouve qu'il en faudra plus pour être défait par les donneurs d'ordres et leurs bétonneurs.

(Rappel : après la campagne de destruction par les CRS, 40 000 personnes s'étaient spontanément présentés à la manif/reconstruction de novembre 2012 pour faire jaillir des haies de nouveaux lieux de vie)

Pistes : Daniel Mermet fait les connections avec d'autres luttes anti-aéroport, San Salvador Atenco, Mexique, 2001 ; Narita, Japon, 1970)

la revue Z faisait en 2010 un point précis sur le sujet, depuis le local, avec la parole des locaux. (les témoignages sont toujours aussi pertinents)

La lettre à Lulu fait le point.

Les comités de lutte locaux font les coups de force.

Un exemple parmi d'innombrables : à Rince, parking payant transformé en zone de gratuité.

Ce parking est géré par la société Vinci, véritable monstre de l'aménagement des territoires et des grands travaux « impériaux », qui a acheté, avec la complicité des pouvoirs publics, la Zone d'Aménagement Différé de Notre Dame des Landes, pour détruire ce lieu de vie, exproprier les paysans et noyer sous le béton et les avions 2 000 ha de bocages et de terres agricoles bocagères d'une biodiversité exceptionnelle. (extrait du communiqué de presse du Comité rémois de soutien à la lutte contre l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes) P1000417b.jpg

///

Pour finir, le docu Notre Dame des Luttes comme introduction et résumé idéal de ce qui se passe en vrai, et contrer les campagnes officielles de désinformation qui ont lieu actuellement sur les médias publics et/ou tenus par les annonceurs (ce qui revient au même pour la neutralité de l'info) ; car sur place, les paysans locaux s'associent bien avec les militants internationaux, n'en déplaisent aux zélateurs du terrorisme d'ultra gauche, l'AntiFrance, le pratique épouvantail qui fait peur (le fiasco Tarnac toujours en mémoire) qui voudrait présenter a tous prix le ZADiste comme un individu type, constituant une identité cohérente, sur laquelle on peut facilement TAPER et faire TAPER, avec l'aval de l'opinion publique avide de choses simples.

Car c'est plus simple d'envoyer des CRS sur Jeune Dreadeux que sur Papy Moustache. Et sur place, les tracteurs des cultivateurs sont enchainés aux fermes à détruire, au milieu des gros camions de teuffeurs.

"Nous faot nous aguerouer astoure!
J'ons bzein de chapiteriaos pour la qhuzine colective."

Le site de la ZAD, actualités, agenda, actions, conseils, infos pratiques.

vendredi 28 septembre 2012

Les nouvelles avantures de Chimie Argentée

palimpseste1.jpg

Les fameuses habitations troglodytes de la place de Clichy.

Étape 1 : récupérer des films dans un magasin de photo de Barbès, connu par l'usager comme sympathique mais olé olé dans la mise en œuvre de son exercice. A l'occasion de la récupération de photos en développement depuis plus d'un an (oui), négocier quelques films vierges gratuits en compensation d'une attente extraordinairement longue, mais riche de promesses poétiques. (en l’occurrence, de très belles photos qui méritaient une telle attente mais ne nous éparpillons pas)

palimpseste2.jpg

Stop/Dur Cheminées de fées.

Étape 2 : charger le film offert dans son appareil à image préféré. En l’occurrence, un film Fujifilm couleur 400 ASA presque périmé, dans un Canonet 28 de 1976 prêt à bondir.

Étape 3 : exposer le film (=faire des photos souvenir, vacances, travail, amis ou autre activité jugée propre à la production d'image à la discrétion de l'usager)

palimpseste3.jpg

Stéven contemplant le lion en compagnie des enfants.

Étape 4 : déposer son film au développement ; en l'occurrence, dans l'exemple qui nous occupe, chez un autre artisan que celui ci évoqué précédemment, afin de récupérer ses images dans un délai plus raisonnable. On peut aimer l’aléa tout autant que l’efficace. Cristallisation de l'attente contre désir d'image. Ce dernier gagne. Je veux voir mes photos de vacances, et dans les 48 heures s'il vous plait.

palimpseste4.jpg

Stéven testant la machine franco-turque à remonter les falaises.

Étape 5 : découvrir que le film donné en dédommagement avait déjà été exposé initialement puis habilement rembobiné dans son boitier, mais pas jusque au bout, de manière à permettre une nouvelle exposition (technique qui nécessite un doigté certain). La raison de cette manipulation est inconnue. Commercialiser ce produit est un suicide économique, le film révèlera quoiqu'il arrive un palimpseste plus ou moins heureux, et avec peu de chances de séduire le photographe perdant tout contrôle sur ses images. Scandale garanti à la récupération des photos, où plus rarement découverte émue du palimpseste.

palimpseste5.jpg

microlab en géorgien veut dire "système son bas de gamme qui fait genre haut de gamme"

- page 2 de 3 -